Crise sanitaire : comment faire pour obtenir un crédit immobilier ?

La pandémie actuelle et notamment le nouveau confinement ont impacté le marché immobilier. En ce qui concerne les emprunts, leurs conditions sont devenues encore plus dures alors qu’elles l’étaient déjà avant la crise. Les taux restent toujours bas tandis que certains profils ont du mal à obtenir un crédit par rapport à l’an dernier.

Pourquoi les banques et organismes de prêt sont-ils réticents ?

Ce sont les autorités qui leur ont demandé de respecter des critères d’endettement très stricts. En effet, ils doivent se limiter à un indice inférieur à 33 %. Cela signifie que les mensualités de crédit ne peuvent pas excéder ce pourcentage pour ce qui est des revenus nets du foyer. Quoi qu’il en soit, c’est surtout cette crise sanitaire qui accentue la vigilance des établissements par rapport aux emprunteurs issus des secteurs directement concernés.

Que faire dans ce contexte particulier ?

En vue de l’obtention d’un financement pour son projet, le détenteur se doit de respecter certaines règles. Pour mettre toutes les chances de son côté, il devra également démontrer ses atouts aux yeux de la banque qui va lui emprunter les fonds nécessaires. Le responsable chargé de l’étude de son dossier passera au crible ses antécédents bancaires en scrutant ses dépenses courantes habituelles, ses crédits en cours et ses charges fixes. Grâce à ces éléments, l’établissement aura une idée précise de la façon dont l’emprunteur gère son compte.

L’assainissement des comptes

Cette démarche doit être effectuée six mois avant qu’il ne présente sa demande. Par conséquent, il lui faut éviter les découverts. Pour un banquier, il est évident qu’une bonne gestion, autrement dit l’absence de découverts, en cette période compliquée se traduit en une qualité irréprochable. Il s’agit bien entendu d’un point fort lors de l’étude du dossier.

La clôture des crédits à la consommation non affectés

Par ailleurs, ce dernier n’aura aucun souci si le client finance sa voiture au moyen d’un prêt à la consommation. Toutefois, il est préférable de procéder à la fermeture des crédits revolving et autres cartes de crédit qui ont un rapport au shopping. De la sorte, il y aura moins de feux rouges qui pourraient probablement alerter le banquier.

L’encadrement des dépenses en trop

On parle essentiellement des décaissements qui mettent l’emprunteur dans le rouge tous les mois. Il est préférable de calmer le jeu sur ces dépenses superflues. En limitant ces sorties et séances frénétiques de shopping, il sera plus facile pour lui de retrouver ce qu’on pourrait appeler une « virginité » bancaire.

La préférence des fourmis aux cigales

Le point de vue des banquiers est souvent important et ils auront toujours un faible pour les fourmis, malgré les revenus conséquents de la cigale. Il faut entendre par cela la prédisposition des financeurs à emprunter plus à un candidat à l’acquisition capable de réaliser une épargne de quelques dizaines d’euros par mois. Certes, il sera favorablement considéré par ces derniers.

Comment faire pour préparer sa demande ?

Tout cela amène à dire que l’épargne et la stabilité professionnelle sont les critères essentiels pour mettre toutes les chances de ses côtés. En les respectant, un emprunteur aura l’opportunité de mener à bien son ambition de devenir propriétaire. Et pour bien faire les choses, il doit anticiper en perfectionnant son dossier afin de mieux convaincre les organismes de crédit de son sérieux et de sa capacité à rembourser son emprunt. Cela dit, il doit rassembler avec soin toutes les pièces justificatives demandées. Il se peut qu’elles varient en fonction des agences. Quoi qu’il en soit, ce sont les bulletins de salaire et le contrat de travail, les avis d’imposition et les relevés de compte ainsi que la pièce d’identité et le justificatif de domicile qui sont utiles au montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.